Accueil » Blog » Figures historiques à l’écran
Divers divers evenement

Figures historiques à l’écran

@
@

INVITATION

Le président de l’Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts Beït al-Hikma,

Abdelmajid Charfi, a le plaisir de vous inviter

à la présentation de deux doucmentaires sur le thème

Figures historiques à l’écran

et ce, vendredi 24 janvier 2020 à 16h00 au palais de l’Académie

25 – Avenue de la République – Carthage Hannibal

Tél : 71 277 275 / 71 732 179 / 71 731 824

Argument :

La présentation de deux documentaires évoquant le parcours du Premier ministre de Moncef Bey, M’ahmed Chnik et celui du syndicaliste Ahmed Tlili est un prétexte pour ouvrir un débat entre historiens, universitaires, pédagogues, scénaristes et cinéastes sur la nécessité d’illustrer à l’écran des biographies de figures qui ont marqué l’histoire de notre pays.

Ce que les médias officiels et les programmes d’enseignement ont tu, omis de documenter, pendant de longues années, se traduit aujourd’hui par une carence flagrante de supports audiovisuels relatant l’apport des hommes et des femmes méritoires qui ont participé à la construction du pays.

Le culte de la personnalité de Bourguiba et de Ben Ali a incontestablement dénié l’importance de nombreuses sommités dans différents domaines. Façonnant l’histoire de manière réductrice et orientée, les médias et les institutions ont relégué aux oubliettes les rivaux potentiels, occulté les opposants et réduit à l’anonymat ou au rôle de figurants les plus influents et les plus valeureux.

Dans ce contexte, toute initiative de porter à l’écran des biographies de figures historiques illustres était suspecte et soumise à une censure. Le seul tunisien méritoire, selon Bourguiba, pour faire l’objet d’un film, était Jugurtha puisque ce chef numide avait échoué, là où le combattant suprême avait prétendument réussi.

Aujourd’hui, il s’agit de faire un effort de mémoire en libérant l’écriture de l’Histoire des carcans idéologiques pour reconnaître les hauts faits de ceux qui ont nourri l’âme profonde de notre patrimoine et qui font la richesse de notre identité nationale.

Il y a lieu en effet de réparer, de réhabiliter, de reconsidérer l’héritage des leaders d’opinion de ce pays, à la faveur d’une liberté d’expression nouvellement acquise. Cette réappropriation de la mémoire ne pourra que susciter l’identification et le sentiment d’appartenance, à la nation, de nombreuses générations, en mal de repères. En ce siècle d’images, il est en effet indispensable de créer les conditions propices pour permettre la mise en place d’une pédagogie de vulgarisation du portrait historique.

L’académie Beït El Hikma souhaite ainsi être à l’origine d’une dynamique ayant un impact concret à moyen terme. Cette première réunion de concertation a pour but de développer une réflexion sur les modalités d’adaptation de l’Histoire à l’écran. Il s’agit non seulement de rechercher d’une approche pertinente, fiable scientifiquement et efficace en termes de communication, mais aussi et surtout de fertiliser le terreau, en stimulant les motivations, en suscitant des projets et en regroupant les acteurs concernés par l’écriture d’une histoire nationale fondée sur le talent des artistes et la compétence des experts, autour de la volonté des décideurs institutionnels.

Hichem Ben Ammar

Au programme :

– M’hamed Chenik, Parcours d’un Homme d’Etat de Hichem Ben Ammar – Tunisie – 2017 – 15′

– Ahmed Tlili, Mémoire de la Démocratie de Abdallah Chamekh – Tunisie – 2019 – 33′

@

Articles en relation

/* */